• Non, ce n’est pas une assistante maternelle !

Une fois encore la profession d’assistante maternelle est mise en cause alors même qu’elle n’est pas concernée par les faits.

Ladepeche.fr reprend ce 3 février à 10 h 36 un fait de société rapporté par RTL Matin à 8 h 00, concernant une nounou mise en examen pour violence sur les deux enfants qu’elle gardait de manière alternée aux domiciles des parents. Trop rapidement, sans aucun discernement, ni vérification, la nounou est appelée « assistante maternelle », et cela bien que nous ayons déjà réagi dés 8 h 05 sur RTL pour dénoncer l’amalgame entre les deux professions.

Or les gardes à domicile ne sont pas des assistantes maternelles, même si quelques fois le terme affectif « Nounou » est employé pour désigner les deux. Car si les premières n’ont aucune formation et aucun encadrement, les secondes si. Les assistantes maternelles sont formées, ont un agrément qui les autorise à travailler et sont contrôlées par les services de la protection maternelle et infantile. Ce sont des professionnelles de la petite enfance. Ce qui n’est pas le cas des gardes à domicile qui sont recrutées sous la seule responsabilité des parents.

Ce qui est déplorable dans cette affaire, au-delà du préjudice subi par les enfants et qui doit être dénoncé et puni à la hauteur de sa gravité, c’est de porter encore une fois atteinte à l’ensemble d’une profession qui s’est donnée les moyens d’offrir aux enfants un accueil et une éducation de qualité, et ce sous contrôle de services mandatés à cet effet.

Merci, mesdames et messieurs les journalistes, de prendre le soin de vérifier les appellations que vous employez pour désigner les auteurs de faits aussi graves et ceci afin de respecter le professionnalisme des 350 000 assistantes maternelles.